Alevinages et inventaires piscicoles

Gestion piscicole et halieutique des Carnassiers


Le sandre est un poisson carnassier qui fréquente les cours d’eau calmes, les lacs et les étangs. Il est originaire de Hongrie et peut mesurer jusqu'à un peu plus d’1 mètre. Sa reproduction a lieu du mois d’avril à juin quand la température de l’eau avoisine les 15°C.

INFO : L'AAPPMA le Pesquit réalise depuis 2006 un marquage de sandres et brochets sur les plans d'eau de son territoire. Ainsi en 2006, 2007 et 2008, plus de 600 poissons ont été marqués à l'aide de bagues numérotées. Ce marquage est essentiel, car il va permettre d'étudier plus précisément la croissance des carnassiers, connaître leur état sanitaire et anticiper d'éventuelles carences.
Pour toutes ces raisons, il est nécessaire d'appeler au siège de l'AAPPMA lors de la capture d'un poisson marqué au 05 59 04 59 36 et laisser un message du type: " J'ai capturé un sandre marqué au lac de Bassillon, il mesure 62 cm il paraît en bonne santé, le numéro de la bague est le : 6452"

sandre2
sandre



Le brochet est un poisson allongé, qui peut mesurer jusqu’à 1,20 m. La taille légale de capture dans les Pyrénées-Atlantiques est fixée à 60 cm. Le brochet possède une silhouette caractéristique fusiforme avec un museau plat en bec de canard et de nombreuses dents (760), celui-ci est un prédateur, un carnassier.

Il est aujourd’hui présent en quantités très satisfaisantes sur les plans d’eau de Bassillon, de Serres-Castet, de l’Aubin, de Boueilh, du Balaing et la retenue du Gabas.
L’implantation du brochet, sur des retenues d’eau où les marnages sont très importants, nécessite des aménagements du milieu adéquats. Par conséquent, l’AAPPMA Le Pesquit réalise des plantations de saules et des poses de blocs rocheux afin de diversifier le milieu, créer des caches et donc augmenter la capacité d’accueil des sites. Les niveaux d’eau très changeants, ne donnent lieu qu’à des reproductions de poissons fourrages (gardon, rotengle…) et du brochet très aléatoires. Pour pallier cela, l’association a créé des bassins RNA (reproduction naturelle aménagée) sur des sites tenus secrets.

La méthode RNA consiste à introduire des géniteurs (ici du brochet, sexe ratio : une femelle pour deux mâles), dans un milieu protégé (des prédateurs) et au niveau des eaux stable afin de récupérer les jeunes (fingerlings) pour les différents alevinages.

brochet



Le Black Bass à grande bouche, a un corps trapu, allongé et modérément comprimé latéralement. Ce poisson a été introduit en Europe en 1878 et en France en 1880. Il s’agit d’une espèce très prisée des pêcheurs sportifs. Elle fait donc l’objet de fréquents repeuplements, cependant son abondance reste généralement faible sur le territoire du Pesquit. L’évolution climatique actuelle pourrait favoriser l’extension de son aire de répartition. La pêche du Black Bass se fait uniquement en « No kill » sur tous les plans d’eau gérés par l’AAPPMA, sa remise à l’eau est obligatoire. De plus l’association réalise de nombreuses caches artificielles et un suivi des zones de reproduction très approfondi pour favoriser son implantation sur certains lacs comme celui de Boueilh.

black_bass



Gestion piscicole et halieutique de la Truite Fario


Présente sur l’ensemble du territoire, la truite est gérée de deux façons différentes, la gestion patrimoniale sur les têtes de bassin des 2nd catégorie et sur la 1ère catégorie piscicole. Une gestion d’usage sur les partie aval de la 2eme catégorie piscicole par du rempoissonnement, en truite Arc en Ciel.

Depuis deux saisons, nous avons remarqué le retour de la truite sur nos cours d’eau. Dans le cadre du programme Brigade Verte, nous réalisons un suivi des frayères à truite sur les têtes de bassins et les affluents. Des nids ont été recensés, des zones où le potentiel de fraie est important également. Ce suivi a lieu de novembre à février. Ce travail met en évidence la nécessité de conserver des affluents en très bon état, ils sont le berceau des populations de truites Fario du Nord Est du département. Les résultats obtenus lors de la pêche électrique d’inventaire sont très encourageants. Lorsque la qualité du milieu est satisfaisante pour accueillir la truite, la population piscicole augmente. L’A.A.P.P.M.A le Pesquit a stoppé depuis 5 ans tous les alevinages en truitelle (que ce soit depuis les œufs, depuis les écloseries ou autre alevins d’automne ou Alevibox) préférant travailler sur le milieu. Le nombre de truitelles présentes est aujourd’hui largement supérieur que lors des différentes campagnes d’alevinage passé. Lors de l’exercice 2012 nous avons également débuté avec l’appui de la Fédération de Pêche et de pêcheurs volontaires une campagne de prélèvement d’écaille afin de comprendre un peu mieux la croissance de notre cheptel truite et ajuster notre gestion.
L’association réalise des pêches d’inventaire piscicole en partenariat avec la Fédération des Pyrénées Atlantiques, afin de suivre le mieux possible, l’évolution des populations.

Voici un exemple réalisé lors d’un suivi technique sur le Neez :

truite_fario


tableau_le_neez



Gestion piscicole et halieutique de la Carpe


La carpe commune se rencontre de la zone à barbeau aux milieux saumâtres où elle peut effectuer son cycle biologique. C’est un poisson typique des cours inférieurs (zone à brème) et des milieux lentiques (étang, bras morts, retenues collinaires). Elle se complaît dans les eaux à fond vaseux où la végétation est dense. Elle préfère les eaux relativement chaudes (entre 15 et 25°C). Sur le territoire de l’AAPPMA, la pratique de la pêche de la carpe est en plein essor. Nous proposons une diversité importante de parcours et notamment de parcours en pêche de nuit. Ainsi, il est possible de pratiquer la pêche de la carpe de nuit aux moyens d’esches végétales, depuis la berge avec obligation de remettre le poisson vivant pris dans son milieu naturel dans les plans d’eau suivants : Corbère, Bassillon, Balaing, Ayguelongue, Serres Castet et Gabassot. Pour les autres poissons blancs comme le gardon, la brème et le rotengle, nous travaillons comme pour le brochet à partir de nos bassins RNA. Cette méthode nous permet d’aleviner régulièrement les plans d’eau pour développer la pêche au coup puisque nous pouvons remédier aux années de sécheresse et d’assec des frayères.

carpe


N’hésitez pas à nous contacter pour discuter ou pour participer à des actions en faveur des milieux aquatiques.