Suivi des milieux

Diagnostiquer l’état du milieu

Le suivi des milieux aquatiques sur le territoire du Pesquit permet d’établir des diagnostics par le biais de notre technicien afin de :
- Restaurer la qualité de l’habitat, en améliorant l’accès aux frayères et en augmentant la capacité d’accueil du milieu.
- Protéger les espèces sensibles, comme l’écrevisse à pattes blanches, la truite Fario, le brochet ou l’anguille.
- Adapter notre gestion piscicole, soit par de la gestion patrimoniale sur nos contextes conformes comme le Neez, soit par une gestion d’usage sur nos bassins avals.
- Lutter contre les pollutions, par une présence importante sur le terrain.
suivi_des_milieux


Nos contextes de gestion :

Un contexte est un ensemble de cours d’eau dans lequel l’espèce « repère » fonctionne de façon autonome, c'est-à-dire qu’elle réalise entièrement son cycle de développement (reproduction, éclosion, croissance).

Nos domaines piscicoles :
La majeure partie du territoire du Pesquit est représentée par « le domaine intermédiaire » dont le potentiel originel convient aux cyprinidés d’eau vive.
- Espèce repère : la truite commune et le brochet
Ou bien
- Espèces repères : les cyprinidés rhéophiles (les goujons, les vairons, le chevesne, la vandoise rostrée, le toxostome et le barbeau fluviatile).
Une partie de notre territoire est également caractérisée par la présence du « domaine salmonicole », il s’agit du bassin du Neez.
- Espèce repère : la truite commune

Le diagnostic des milieux nous permet de suivre l’évolution de nos contextes piscicoles :
Pour l’année 2013
- Conforme : l’ensemble du cycle biologique peut se dérouler normalement (NEEZ)
- Perturbée : au moins une des fonctions est compromise (Luy de France, Gabas, Lees amont)
- Dégradée : au moins une des fonctions est impossible et, sans apports extérieurs, l’espèce disparaît (Luy de Béarn aval, Lees aval)
Voici les types de gestions appliquées en 2013 par l’AAPPMA Le Pesquit, en accord avec le PDPG (Plan Départemental pour la Protection des Milieux Aquatiques et la gestion des ressources Piscicoles).
- La gestion patrimoniale immédiate, pour les contextes conformes au développement de l’espèce « repère », c'est-à-dire qu’un minimun d’intervention est nécessaire. Soit l’arrêt de tous les soutiens des effectifs (alevinages), car pouvant engendrer des déséquilibres, voire nuire à la population en place. Cette gestion est appliquée sur le Neez et ses affluents.
- La gestion patrimoniale à 5 ans, pour les contextes peu perturbés, c'est-à-dire là où on peut réaliser, à échéance de cinq ans, une restauration du milieu conduisant à la conformité. Cette gestion est appliquée sur les Lees amont, Gabas amont, Luy de France amont, Ousse amont et Souye et affluents.
- La gestion patrimoniale différée voire une gestion d’usage pour les milieux perturbés ou dégradés. Les objectifs de gestion ne seront alors revus que lors du plan suivant en fonction des actions réalisées et/ou évolutions observées. Cette gestion est appliquée sur les Lees médian et aval, Gabas aval, Luy de Béarn, l’Ousse aval, l’Oussère, Luy de France aval et leurs affluents.

Le nouveau Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux du bassin Adour-Garonne reconnaît que la gestion piscicole participe au bon état écologique des eaux superficielles à travers les PDPG.

suivi_des_milieux2



Quelques exemples de relevés de terrain :

La qualité de l’eau :

Des mesures régulières sont effectuées sur l’ensemble des bassins versants :
- La température
- L’oxygène dissous
- Le Ph
- Le % de saturation en oxygène
- La conductivité
- Les nitrates
- Les phosphates
Ces mesures renseignent une base de données qui permet de repérer les améliorations ou les dégradations éventuelles. Les stations de mesures sont les suivantes :
Sur les Lées : Lombia, Anoye, Lespielle, Saint Jean Poudge, Lussagnet, Monassut, Garlin.
Sur le Gabas : Arrien, Escoubes et Poursiugues.
Sur les Luys : Ouillon, Bernadets, Astis, Louvigny, Sauvagnon et Bouillon.
Sur la Souye : Barinque et Higuères.
Sur le Riumayou : Lonçon
Sur l’Ousse : Pontacq et Soumoulou.


Suivi reproduction :

Truite :
Depuis deux saisons, nous avons remarqué le retour de la truite sur nos cours d’eau. Dans le cadre du programme Brigade Verte, nous réalisons un suivi des frayères à truite sur les têtes de bassins et les affluents. Des nids ont été recensé, des zones où le potentiel de fraie est important également. Ce suivi a lieu de novembre à février. Ce travail met en évidence la nécessité de conserver des affluents en très bon état, ils sont le berceau des populations de truites Fario du Nord Est du département. Les résultats obtenus lors de la pêche électrique d’inventaire sont très encourageants. Lorsque la qualité du milieu est satisfaisante pour accueillir la truite, la population piscicole augmente. L’A.A.P.P.M.A le Pesquit a stoppé depuis 5 ans tous les alevinages en truitelle (que ce soit depuis les œufs, depuis les écloseries ou autre alevins d’automne ou Alevibox) préférant travailler sur le milieu. Le nombre de truitelles présentes est aujourd’hui largement supérieur que lors des différentes campagnes d’alevinage passé. Lors de l’exercice 2012 nous avons également débuté avec l’appui de la Fédération de Pêche et de pêcheurs volontaires une campagne de prélèvement d’écaille afin de comprendre un peu mieux la croissance de notre cheptel truite et ajuster notre gestion.

Brochet :
La reproduction du brochet a été satisfaisante en 2012 et 2013, de nombreux juvéniles ont été observés sur les plans d’eau. Cette année, les niveaux d'eau sont également favorables au bon déroulement de la fraie.

suivi_des_milieux3
suivi_des_milieux4


Suivi habitat :

Il s’agit de décrire de façon précise un tronçon de cours d’eau qui soit représentatif d’un linéaire plus important.

Ainsi nous prendrons en compte différents paramètres tels que :
- l’occupation du sol
- continuité de la ripisylve
- les différentes strates végétales
- la présence d’espèces exogène, de fossés, de drains.

Le tronçon est découpé en faciès et chaque faciès est également étudié de façon précise. Les stations sont également réparties de façon homogène sur le territoire.

suivi_des_milieux5
suivi_des_milieux6


Continuité écologique :

Le nombre d’ouvrages non équipés et non adaptés est très important sur les rivières du nord-est Béarn, jusqu’à quinze sur un même bassin versant de quelques kilomètres. La multiplication et la succession des ouvrages provoquent une rupture dans le cycle biologique de certaines espèces comme la truite Fario ou l’écrevisse à pattes blanches.

N’hésitez pas à nous contacter pour davantage d’informations sur notre travail de suivi des milieux aquatiques.
suivi_des_milieux7