Suivi de la température de l’eau en aval des lacs

Suivi de la température de l’eau en aval des retenues collinaires

Cette petite formule qui est une vérité et qui nous inquiète énormément…
« Le preferendum thermique de la truite s’étend de 4 à 19 °C. Au-delà, la truite ne s’alimente plus, elle est en état de stress physiologique. A partir de 25 °C, le seuil létal est atteint, ce seuil peut être inférieur si la qualité de l’eau est altérée. » 
Lorsqu’une rivière est asséchée, il est facile de voir les conséquences sur nos chers poissons. Mais, qu’en est t’il lorsque ça coule fort, que les débits sont torrentiels sur les cours d’eau réalimentées ?
Vous connaissez tous le principe aujourd’hui sur le Nord Béarn : stockage de l’eau en hiver dans les retenues artificielles puis restitution l’été dans les cours d’eau pour l’irrigation et le soutien d’étiage.
Le soutien d’étiage, une formule encore, pour exprimer le fait que grâce aux retenues il n’y a pas de sécheresse dans les rivières.
Nous nous penchons depuis plusieurs années sur les effets de ces retenues et nous voulions juste vous informer d’un des paramètres relevé: la température de l’eau.
Rappel: température optimale pour la truite: 4-19°C, et température létale : 25 °C.
Voici les températures relevées au mois d’août sur le Gabas et le Lees. Deux exemples suffiront…
Gabas: 24,2 °C et 23,9 °C lieu : Sedzere
Lees : 25, 5 °C et 24,9 °C lieu : Lombia
Bilan : Nous subissons certainement une mortalité sévère des truites mais invisible sur les cours d’eau réalimentées par les lacs (retenues collinaires). Seuls quelques salmonidés peuvent y survivre, comme en témoigne les inventaires piscicoles des bureaux d’études ou de la fédération de pêche avec des densités de truites extrêmement faibles et …de plus en plus faibles. Lorsque la couche d’eau froide du fond des plans d’eau a été évacuée, les truites subissent un choc thermique par le chaud. 
Vous comprenez notre inquiétude…
A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

*

captcha *